dimanche 11 décembre 2011

Projet BD

analyse_image_lagaffe.jpg

Voici un projet d'élaboration d'une Bande-dessinée par les élèves. Après étude des étapes de fabrication : synopsis, scénario, dessin... ; rédaction du synopsis ; les élèves se lancent à dessiner leur BD. Ce projet a été mené avec des élèves d'EREA de 4e, mais il peut être mené avec des élèves de cycle 3 avec moins de difficultés :-) J'ai créé toutes les fiches. Pour les planches de bande dessinée, je vous donne les références et je vous invite à utiliser les supports qui plairont à vos élèves : Gaston, Boule et Bill, Titeuf, Joe Bar Team, Tintin... Il y a l'embarras du choix. N'hésitez pas à me faire des retours, ça m'aide beaucoup.

Lancement du projet :

C'est en situation de crise que j'ai lancé ce projet après avoir épuisé des photocopies que les élèves froissaient pour les jeter à travers la classe ! Certains me semblaient non lecteurs ; en tout cas, ils refusaient de lire. Vu que j'étais remplaçante, ils ne m'accordaient guère de crédit. Après beaucoup de remise en questions, de pleurs, de bla bla à en parler à tout le monde... Je me suis dit que les images de la bande dessinée aiderait les non lecteurs à accéder à un minimum de sens. Je voulais un vrai projet : c'est à dire qui aboutit à une réalisation à mon sens. Sur internet j'ai trouvé peu de chose. Les recherches ont donc été difficiles et c'est pourquoi j'ai crééé pas mal de choses.

La progression :

  • Lancement du projet, étude d'un synopsis
  • élaboration de la fiche d'identité du personnage principal + synopsis au brouillon / visionnage d'une interview d'un auteur de BD
  • étude des onomatopées et des types de bulles
  • élaboration du synopsis détaillé (amélioration du brouillon de la semaine précédente) / début du dessin du personnage principal et des décors
  • étude d'un scénario (comment enrichir son scénario ? BD mode d'emploi page 35
  • élaboration du découpage et des dialogues
  • étude des différents types de plan (contre plongée, plongée, sorties de cadres...)
  • mise au propre fin

Retour sur l'expérience :

C'est plutôt une réussite et c'est pour ça que je propose ce projet. Même et surtout les non lecteurs se sont investit dans le projet. Beaucoup ont réussit à aller au bout (bientôt peut-être les photos). Ce projet aurait pu durer plus longtemps et avec des classes plus calme, il peut vraiment être intéressant je pense. J'ai d'ailleurs hâte d'avoir une classe plus calme pour l'expérimenter à nouveau. Avec les collégiens, les dessins sont sympas. Quelques uns ont décalquer les décors et personnages dans des BD déjà existantes. Pour un élève plus en difficulté, je lui ai proposé une planche de BD vierge de texte. Il s'est concentré uniquement sur le texte. Ce qui était intéressant car il fallait "lire" l'image pour que le texte ait un sens. L'exercice aurait pu être généralisé à toute la classe en préalable. Ici, le projet a été court car la finalité était importante pour qu'ils retrouvent confiance en eux et en un enseignant (qui ne les laisse pas tomber)

Les téléchargements

lundi 29 août 2011

Outils pratiques

Alors voilà, je change de poste. Après 3 années de classe unique, j'ai opté pour un poste de remplaçante. Cela va me permettre de mettre plus régulièrement à jour ce site. Cela commence avec des outils pratiques : emploi du temps, fiches de liaisons, programmations, cahier journal... C'est un peu en vrac pour l'instant mais au fur et à mesure que le site s'enrichira, je classerai mieux les documents en téléchargement.

dimanche 13 mars 2011

Frise chronologique en histoire des arts

Voici le scénario pédagogique pour le TBI et la classe mobile, la fiche d'exercice pour l'élève et la correction à projeter au tableau blanc. Le tout pour open office draw. AAAAAHHHHHHHHHH !!!! le blog n'accepte pas les .odg !!!!! donc je suis obligée de les convertir en PDF. Du coup, si vou voulez les utiliser, il faudra faire une capture d'écran. PFFF c'est nul.

En résumé : c'est une frise chronologique que j'ai trouvé sur internet et qui est libre mais elle était en PDF. Je l'ai capturé pour l'adapté à mon exercice. Il faut que les élèves replacent sur la frise vierge des oeuvres préalablement étudiées.

samedi 12 mars 2011

Petit ras le bol des parents

Alors voilà un article pour râler un peu. Bon normalement ce blog se veut être positif, un partage des connaissances au service de l'éducation mais là.... Je suis un peu consternée. Depuis que je suis arrivée dans cette école j'ai subit beaucoup de critiques.

Un conseil quand vous arrivez dans une école : ne faîtes aucuns changements !!! N'encouragez pas les parents à rentrer dans l'école. J'ai toujours eu à l'esprit de garder une distance avec les parents : et bien heureusement car alors ça serait pire !!!

Leurs critiques sont infondées, elles ne concernent pas ma pédagogie mais ma personnalité !!! J'ai toujours été pour le dialogue... et bien... point trop n'en faut !! J'ai été trop ambitieuse dans mon projet d'école avec deux sorties. Pour les habitants de ce village ça leur a paru farfelu, ils disent que je fais ces sorties pour mon intérêt personnel, que je leur impose ces projets !!! Ne devraient-ils pas être contents que des sorties soient organisées dans l'école de leur enfant ? En fait le problème réside dans le fait que je leur ait demandé de m'aider à récolter des fonds pour ces sorties. Maintenant, c'est terminé, les sorties se feront en fonction des possibilités. Je ne m'engagerai plus dans des projets qui engagent la participation de tous. Aucune aide n'est distribuée pour des écoles comme la notre, un peu isolée. Le seul financement que nous trouvions vient des parents : d'où leur façon d'agir comme si c'était l'école privée... à moins que cela vienne de moi, j'agis comme si j'étais dans une école privée où les personnes veulent des choses intéressantes pour leurs enfants. N'est ce pas décourageant ? Alors c'est comme ça on ne peut pas être ambitieux avec des enfants du public ? Pourtant je trouve cela important que l'école soit gratuite sans distinction de ressources.

Bon, je m'arrête là je crains que cet article soit une épée dans l'eau.

mardi 8 février 2011

Jules Verne


Daniel P Davis - Creative commons by

En ce jour où l'on commémore l'anniversaire de Jules Verne, je voulais apporter mon témoignage. Oui il est possible de lire de la littérature classique, une oeuvre longue de surcroît avec une classe de cycle 3. En effet nous lisons 20 000 lieues sous les mers dans sa version intégrale (euh... traduite quand même :-) )

Nous avons déjà lu plus de 100 pages. À chaque fois c'est moi qui lit le chapitre. On explique à l'oral les mots compliqués. Je leur demande d'entourer des éléments caractéristiques du passage (pronoms qui révèlent la présence du narrateur, indicateurs de temps, champs sémantique autour de la mer...). Lors d'une seconde séance c'est eux qui réalisent la lecture à voix haute après avoir travaillé la lecture à la maison.

Cette lecture s'inscrit dans le cadre d'un projet plus vaste de classe de découverte au bord de la mer. Nous étudions également les animaux marins, tout le vocabulaire de la mer, les aspects environnementaux comme la surpêche. Nous avons réalisé une fresque représentant un fond marin avec des collages d'animaux marins et de la peinture à l'éponge. Nous avons décris le sous marin : le Nautilus, nous avons imaginé un monstre marin que l'on a créé avec des superposition de collage de toutes sortes.








lundi 31 janvier 2011

La flûte enchantée

Voici une activité d'écoute musicale de la reine de la nuit extrait de la Flûte enchantée de Mozart. Il est intéressant de commencer par la reine de la nuit car son histoire va capter les enfants et leur faire comprendre que l'opéra raconte une histoire comme dans un album.

On peut raconter l'histoire de la flûte enchantée (voir la fiche d'activité) grâce à des fiches personnages (comme des marionettes représentants les personnages de l'opéra). Cela sert de support visuel pour que les enfants comprennent mieux le scénario de cet opéra. Ensuite, d'autres écoutes des passages les plus significatifs permettront d'illustrer l'histoire (reracontée au fur et à mesure des séances)

ecoute-f-enchantee.ods

la_fl_te_enchant_e.sxw

École d'autrefois

J'essaye le plus souvent de travailler par projets. J'y intègre le plus de matières possibles. Il est souvent difficile d'y inclure l'étude de la langue mais si on la travaille dans le projet, les programmes sont assez lourds et les manuels incitent fortement à suivre leur progression afin de ne rien oublier. je rêve d'un jour où je pourrais tout inclure dans mes projets sans qu'aucun domaine ne soit délaissé. Ce projet d'école d'autrefois est né de la découverte d'ojets anciens dans l'école. J'habite juste au dessus et j'ai retrouvé dans le garage attenant à l'école, beaucoup d'objets qui ne servent plus. Nous avons été équipé en TBI et ordinateurs portables ce qui m'a motivé pour revisiter et se souvenir de l'école d'autrefois

Approche de la division au CM1

Au départ, j'ai utilisé ERMEL pour faire découvrir la division aux CM1. Il fallait en passer par la situation problème du jeu du banquier qui consiste à partager une somme d'argent entre plusieurs élèves après des échanges à la banque (pour convertir les centaines en dizaines)

Mais finalement, cette activité est lourde à mettre en place et elle sème la confusion dans l'esprit des élèves. Une fois en situation de jeu réel, les élèves oublient l'abstraction des nombres, ils s'amusent d'aller voir leur copain banquier, oublient qu'ils doivent partager équitablement, se retrouvent avec plus d'argent qu'au départ car le banquier fait des erreurs et si on n'est pas partout on ne sait pas d'où vient l'erreur à la fin de l'activité.

Bref, je propose alors aux élèves une feuille de partage qui permet vraiment de travailler sur le sens du partage. Juste avant cette activité on a fait un petit problème de partage avec des nombres faciles : 55 à partager en 11 (volontairement on ne prend pas des nombres qui sont dans les tables de multiplications sinon, ils lisent la réponse comme par magie sans comprendre le partage qui est derrière.

Il y a 2 fiches : sur la première, je laisse les élèves partager par soustractions répétées comme bon leur semble :exemple : partager 586 entre 4 : je commence par donner 100 à chacun, reste 186 ; puis je donne 40 à chacun (40 X 4 = 160) reste (186 - 160) = 26 ; je donne 6 à chacun (4 X 6 = 24) reste 2. En tout j'ai donné (100 + 40 + 6) = 146 reste 2 (que je ne peux pas partager ) ; sur la deuxième fiche, je leur demande de procéder en commençant par décomposer le nombre en 500 + 80 + 6 pour que cela soit plus facile. Très vite on essaye de donner le maximum possible à chacun à chaque étape (centaines, dizaines, unités)... petit à petit on approche la technique de la division posée mais en comprenant ce que l'on fait. Lorsqu'on passe à la présentation habituelle ça passe comme une lettre à la poste. Par contre évidemment, les élèves doivent bien maîtriser leurs tables de multiplication mais ça quelle que soit la technique !

- page 1 de 2